Claudine Soucie, un nouveau visage à surveiller à l’Ultra-Trail Harricana

CSoucie_1
Claudine Soucie dans les sentiers du Trail de La Clinique du coureur- Photo : François St-Pierre

Distances+_UTHC_SB_728x90

Même si les regards seront rivés sur les élites lors du 65 km d’Harricana ce week-end – on peut penser à Sarah Bergeron-Larouche et à l’Américaine Hillary Allen – des nouvelles venues comme Claudine Soucie, qui a déjà deux podiums à son actif, pourraient bien créer la surprise. 

Cette année, Claudine Soucie peut déjà s’enorgueillir d’une troisième place au 50 km du Trail de la Clinique du coureur et une seconde place au 50 km du Québec Mega Trail, tout juste derrière Annie Jean. C’est d’ailleurs cette dernière qui l’a initiée à la course en sentier. 

Un premier 65 km

Adepte des courtes distances et de la vitesse, le 65 km d’Harricana sera la plus grande distance de cette jeune athlète de 25 ans. 

« Mon objectif serait d’être dans le top 10, car il y aura beaucoup de très bonnes coureuses et le niveau va être très élevé », dit Claudine, qui a la 3e meilleure cotes ITRA parmi les femmes inscrites au 65 km. « Je ne mets pas trop de pression parce que je n’ai jamais couru plus qu’un 50 km. Ça va donc être du nouveau pour moi », reconnaît-elle.

Même si les 15 km qui séparent le 50 km du 65 km ne l’inquiètent pas trop, elle a tout de même dû adapter son entraînement.

« J’ai fait quelques sorties de 50 km, mais je ne sais pas quelle distance je dois faire en entraînement pour me préparer pour un 65 km, dit-elle. Je tâte un peu le terrain. J’essaie d’être consistante et de faire une sortie chaque jour. Le 65 km d’Harricana est une course roulante, selon ce qu’on m’a dit, ça devrait m’aider un peu. »

La fée Annie Jean

CSoucie_2
Claudine Soucie et sa mentor Annie Jean au Québec Mega Trail – Photo : courtoisie

« J’ai un collègue de travail qui connaît Annie Jean et avec qui je cours durant l’heure du dîner, raconte Claudie. Il nous arrivait de croiser Annie et un jour elle m’a dit : tu devrais essayer le trail. Elle m’a dirigée vers le groupe de course Natural Fitness Lab et j’ai aussi commencé à courir en sentier avec Annie. Je me trouve pas mal chanceuse d’avoir débuté dans ces conditions », explique-t-elle.

Si l’influence d’Annie Jean a été déterminante dans ses débuts en course en sentier, ses performances sont également le fruit d’une longue pratique sportive. 

« Pendant longtemps, j’ai joué au soccer et au hockey. Je fais également beaucoup de vélo et des triathlons », précise la résidente de Gatineau. Elle a d’ailleurs un demi-Ironman le 23 septembre prochain à Atlantic City, où se rendra avec ses parents, qui vont également participer. « Je ne vais pas là de façon compétitive, dit-elle. C’est seulement pour m’amuser. »

L’après-Harricana

Claudine Soucie se donne comme premier objectif de compléter Harricana et son demi-Ironman avant de planifier le reste de sa saison. 

« Il y a peut-être le Bromont Ultra qui m’intéresse, mais je vais d’abord voir comment je me sens après ces deux évènements. Si je suis fatiguée, je vais prendre une petite pause », explique celle qui est analyste financière pour la fonction publique fédérale.

Même si elle n’exclut pas d’expérimenter la distance de 80 km dans le futur, elle confirme son attirance pour les distances plus courtes, un peu à l’image d’Annie Jean. 

« J’ai hâte de voir comment je vais trouver mon 65 km. Si ce n’est pas un coup de cœur, je vais plutôt m’en tenir aux courses de 30 à 50 km. J’aime la vitesse, c’est d’ailleurs pour cette raison que je préfère le demi-Ironman à la version complète. »