L’Ultranza Trail en pleine évolution, au cœur de l’automne laurentien

Ultranza_1B
Photo : Ultranza Trail

C’est ce weekend, dans le parc régional Val-David – Val-Morin, que ce tient la cinquième édition de l’Ultranza Trail. Cette année, c’est près de 800 coureurs qui sont attendus dans l’une des cinq courses au programme. Déjà, l’organisateur annonce l’ajout d’une toute nouvelle distance pour 2018.

L’Ultranza Trail propose des distances de 1 km, 2,5 km, 5 km, 10 km et 20 km. « Le 1 km est une belle initiation au trail pour les enfants. Il y a une section en sentier et une autre, de type cross-country », explique Maxime Beaudry, directeur de course pour Événements TopChrono. « Le relais de 5 x 1 km est particulièrement populaire auprès des entreprises et c’est aussi une activité le fun à faire en famille. »

C’est l’épreuve reine de l’événement, le 20 km, qui retient vraiment l’attention. « C’est une enfilade de sections très techniques et de sentiers plus rapides. Le tracé du 20 km est d’ailleurs disponible en ligne pour ceux qui veulent se pratiquer », conseille-t-il.

Des inscriptions en hausse

Le taux d’inscription actuel montre que la croissance est toujours au rendez-vous. « C’est un peu plus que l’année dernière à la même date. La majorité des inscriptions sont pour les distances du 10 et du 20 km. On rentre maintenant dans le boom des inscriptions de dernière minute. S’il fait beau, il va y avoir beaucoup d’inscriptions le jour même », précise Maxime Beaudry.

Pour certaines distances, c’est presque complet. « Le 20 km est complet à 94 % et le 10 km est déjà à 90 %. C’est qu’on a un cap au niveau des dossards, des puces et du chronométrage, dit Maxime. C’est toujours préférable de s’inscrire à l’avance. On ne veut pas que les gens prennent pour acquis qu’il y a tout le temps de la place. »

Si 800 coureurs est un nombre considérable, Maxime Beaudry voit cependant beaucoup plus grand dans l’avenir. « Notre objectif ultime, ça serait d’aller chercher 1500 coureurs, mais on n’est pas encore là, pour être honnête. »

Des préparatifs qui avancent

Avec un automne plutôt sec, les conditions des sentiers sont excellentes. « Il y a un soufflage de feuille qui va se faire deux jours avant l’événement dans l’ensemble des sentiers du 10 et 20 km », explique l’organisateur.

Pour ce qui est du balisage, il est déjà débuté. « Cette année, notre objectif était d’améliorer le balisage pour que le coureur se concentre uniquement sur sa course, dit Maxime Beaudry. Du ruban bleu pour le 20 km et de l’orange pour le 10 km. On place des flèches et des drapeaux aux intersections, de la même couleur que les rubans. Pour les endroits où on ne doit pas aller, il va y avoir du ruban jaune au sol avec l’inscription "danger". Ça va être difficile de se tromper, pour être franc. »

Amorçant un virage écoresponsable, l’organisation a éliminé les gobelets aux quatre stations de ravitaillement. « Les gens doivent être autonomes, avec leur gourde ou leur veste d’hydratation. Cette année, on n’a pas été en mesure de trouver des citernes à l’arrivée, mais l’année prochaine, il n’y aura plus de bouteilles d’eau sur le site. Même la vaisselle est compostable. Pour nous, c’est un geste important. »

Le retour de Benoit Simard

L’athlète Benoit Simard, le gagnant du 20 km en 2016, devrait être de retour, lui qui connaît une excellente saison. Il a notamment remporté le 38 km de l’Ultimate XC Northman à Saint-Donat en juin dernier.

La gagnante de l’année dernière, Véronique Fortin, qui a terminé la course à peine un peu plus de deux minutes après Benoit Simard, doit malheureusement déclarer forfait en raison d’une blessure.

Comme l’explique Maxime Beaudry, il ne faut rien tenir pour acquis. « Chaque année, on a une belle surprise; Benoit, qui se fait talonner et qui doit pousser au maximum au risque de perdre. Simon Benoit devrait également être un présent, c’est un coureur d’ultras que je considère comme une figure importante dans le domaine du trail au Québec. Il est partout et il s’implique beaucoup. » Notamment dans Distances+

Un 30 km pour 2018

La mise en place d’un tout nouveau parcours de 30 km pour la prochaine édition a beaucoup progressé. Un ajout qui donner de la visibilité à l’événement. « Le parcours a été tracé sur la carte, il a été observé avec les gens du parc et on est allé se promener dedans, dit Maxime Beaudry. Il va rester quelques tests à faire, surtout au niveau du balisage. C’est un beau parc, mais il y a beaucoup de sentiers condensés, donc on croise beaucoup d’intersections. »

Événements TopChrono remet 8 $ par coureur à des activités de préservation du parc. « C’est une entente de gré et gré que nous avons avec le parc et dont je suis vraiment content. C’est notre façon de redonner », conclut Maxime Beaudry.

À lire aussi : 

Parc régional Val-David-Val-Morin : le berceau de l’Ultranza Trail

L’Ultranza Trail de Val-David : la tradition laurentienne perdure