Trail de la Clinique du coureur : des luttes serrées sur le tout nouveau 50 km

2018_TRAIL-LCDC-0008_OM_leboeuf_blanchar
Maxime Leboeuf et Mathieu Blanchard à la première montée  – Photo : Olivier Mura

Distances+_TrailDeLaCliniqueDuCoureur_DossierSpecial_SB_728x90

Il va falloir se faire à l’idée : il y a deux athlètes québécois qui dominent la scène de la course en sentier ces temps-ci, et qui gagnent tout. Samedi, Mathieu Blanchard et Sarah Bergeron-Larouche l’ont prouvé une fois de plus en remportant le tout nouveau circuit de 50 km du Trail de la Clinique du coureur, à Lac-Beauport.

Depuis deux semaines, Sarah avait pourtant une infection au pied, qui a nécessité la prise d’antibiotiques. La veille du départ, elle a écrit à l’organisation pour lui dire qu’elle ne croyait pas être en mesure de faire la course. Mais « c’était plus fort que moi », dit-elle. « Une fois que l’endorphine est rentrée, je n’ai plus rien senti et je n’y ai pas pensé. »

Mathieu aussi craignait de ne pas pouvoir faire la course. Il y a trois semaines, à l’Ultra-trail des Açores, au Portugal, il s’est bien blessé au ligament latéral du genou. Pendant trois jours, alors qu’il devait faire du tourisme sur l’île portugaise, après avoir raflé une troisième position, il est resté allongé à l’hôtel. Mais, « j’ai fait de la physio, je suis allé chez le chiro, j’ai glacé, j’ai fait tout ce qu’il y avait à faire », assure-t-il, parce qu’il se sent, en ce moment, au pic de sa forme.

C’est donc un beau combat que l’un et l’autre ont mené dans les sentiers hyper techniques du Trail de la Clinique du coureur, sous un soleil radieux et une température parfaite. À un point de ravitaillement, Sarah, dans sa bulle, pressée d’en découdre, a dépassé en flèche l’auteur de ces lignes, ne prenant que trois secondes pour boire quelques gorgées. « J’avais l’impression qu’Annie [Jean] était juste derrière moi, je ne la voyais pas, mais j’étais vraiment stressée », a raconté Sarah à Distances+.

Au final, elle a terminé dix minutes devant sa poursuivante. Ce n’est qu’au cours des cinq premiers kilomètres qu’Annie a un peu poussé Sarah. « J’ai couru pas mal toute seule tout au long, a dit Annie Jean. Cette année, je veux courir dans une zone confortable. Je ne veux pas me pousser au point de me blesser. » Elle a tout de même évoquer sa surprise d’avoir été rattrapée par celle qui a décrochée la troisième place sur le podium, Claudine Soucie, une jeune athlète de 24 ans qu’elle connaît puisqu’elle s’entraîne avec elle. Claudine a terminé trois minutes après Annie.

Sept femmes seulement (sur 10) ont complété le 50 km, versus 43 hommes (sur 49).

2018_TRAIL-LCDC-0863_OM_sarah_bergeron_larouche
Sarah Bergeron-Larouche sur le parcours de 50 km du Trail de La Clinique du coureur – Photo : Olivier Mura

À lire aussi : Mathieu Blanchard et Sarah Bergeron-Larouche, athlètes de l’année 2017 de Distances+


Une course en binôme

Chez les hommes, il y a eu une lutte à deux pour la victoire. S’il a pris les devants, comme il aime le faire, Mathieu Blanchard s’est fait coller par Maxime Leboeuf pendant presque toute la course. Les deux athlètes ont couru au moins 46 km ensemble. « On a jasé tout le long, le rythme était correct pour moi. Ça a passé vite! Je pense que c’est la première fois de ma vie que je trouve qu’une course passe aussi vite », a confié Mathieu à Distances+.

La victoire n’était pas jouée d’avance pour le Montréalais. L’an dernier, sur le 30 km (alors la plus longue distance), c’est Maxime qui l’avait remporté et Mathieu avait terminé troisième. « ll me faisait peur parce qu’il a tout un cardio, dit Mathieu à propos de Maxime. Dans les montées, je respirais fort, et lui zéro. Je me suis demandé ce qui se passerait passé 30 km. »

Ce qu’il s’est passé, c’est que Mathieu Blanchard a terminé avec une minute et 13 secondes d’avance. En raison du rythme très soutenu, Maxime était complètement à plat une fois passé la ligne, et a dû rester tranquille pendant un bon 30 minutes. « J’avais des bonnes sensations jusqu’au 45e km, mais rendu là, je n’avais plus vraiment de jambes », a-t-il expliqué à Distances+.

« Mathieu, c’est un gars qui a beaucoup plus d’expérience que moi sur ce genre de distances, donc de l’avoir en avant, il me donnait le rythme, c’était parfait », raconte Maxime, qui connaît cette année sa meilleure saison sur route. Cette course était son premier trail de l’année.

En troisième position, un jeune coureur que Distances+ met officiellement sur son radar d’athlètes à surveiller, Rémi Leroux, 21 ans, semble parti sur une bonne lancée. Épuisé par son combat sur le 50 km, il a confié avoir envie de prendre une « bonne pause de deux semaines ».

Annie Jean, 2e femme du 50 km - Photo : Olivier Mura
Annie Jean, 2e femme du 50 km – Photo : Olivier Mura

Un événement qui se consolide dans le succès

Pour l’organisateur, Blaise Dubois, propriétaire de La Clinique du coureur, l’événement « est un succès sur toute la ligne », s’est-il enthousiasmé, tout sourire.

Ayant peu dormi dans les derniers jours, il observait, songeur, la mission de son événement, qu’il a fait imprimer en grand et posé dans le « village » des coureurs : « Faire vivre une expérience de course en sentier inoubliable ».

Pour ce faire, il a invité une cinquantaine de coureurs élites, dont des Français et des Kenyans. Il est l’un des rares organisateurs à offrir des bourses aux gagnants. Pour les coureurs qui ne montent pas sur le podium, il y a l’ambiance, la forêt de Lac-Beauport et les parcours très variés. Cette année, l’organisation a battu un record d’inscriptions, avec un peu plus de la moitié des participants constituée d’enfants.

Même si l’ajout de nouvelles distances n’est pas pour l’année prochaine, Blaise assure qu’il ne « s’empêche pas de rêver », après avoir offert un 50 km dont tout le monde n’a dit que du bien.