Isabelle Desjardins-David et le plaisir d’affronter la nuit au Midnight Moose Ultra

isabelle_desjardins_photo_eric_dupont
Isabelle Desjardins-David – Photo : Éric Dupont

MISE À JOUR : En raison de la tornade qui a frappé la région d’Ottawa et de Gatineau, le Midnight Moose Ultra a été ANNULÉ. Les organisateurs en ont fait l’annonce sur Facebook vendredi soir. La tornade qui a déferlé a fait une trentaine de blessés, dont cinq grièvement, rapporte Radio-Canada. De nombreux dégâts ont été signalés. Le parc de la Gatineau, où devait se tenir la compétition toute la nuit, a été fermé au public.

Quand Mat Lefevre a créé le Midnight Moose Ultra (MMU) avec ces partenaires de 3 Beavers Racing (3BR) – Ray Zahab et Sereena Trottier – en 2017, il s’est inspiré de son expérience lors de la Moontrekker, une course de nuit à Hong Kong qui reste la course la plus divertissante à laquelle il a participé. 

C’est précisément cette expérience de divertissement que l’ingénieure Isabelle Desjardins-David à l’intention de vivre en participant au 50 km de la deuxième édition du MMU qui aura lieu en fin de semaine.

La coureuse de Brossard a déjà réalisé de belles performances au cours de la dernière année, mais elle prend part à cet évènement dans le seul but de se divertir et de vivre une expérience humaine.

« Courir la nuit, je trippe, j’adore ça!, dit-elle. Je vois ça comme un gros party. Il y a toujours une ou deux courses par année où je cherche à performer, mais celle-là, c’est vraiment pour aller m’amuser », dit-elle. 

« L’esprit de trail qui est mis de l’avant dans cet évènement nous permet de se retrouver entre coureurs, sans compétition et dans un esprit d’entraide. De plus, lors d’une course de nuit, tu n’as pas la même préoccupation de performance, parce que c’est un autre défi. Tu as les roches, les racines et tu ne veux pas manquer une indication parce que c’est plus facile à manquer. Ça te sort un peu de ta zone de confort », ajoute-t-elle.

Isabelle a commencé à courir plus sérieusement en 2013, lorsque sa fille avait suffisamment grandi, afin de se remettre au sport et de se retrouver plus souvent à l’extérieur.

Elle a eu la piqûre de la course en sentier. Depuis, elle participe à plusieurs courses par année en espérant un jour trouver ses propres limites.

Une course en équipe pour cette fois-ci

C’est effectivement un autre défi qu’elle tentera de relever en fin de semaine, car, en plus de lui offrir la chance de courir la nuit dans les sentiers du Parc de la Gatineau, le MMU offre la possibilité de compléter le parcours en équipe. 

C’est ce qu’elle a décidé de faire avec son mari. « J’aime le concept des équipes pour les plus longues distances. On doit vraiment rester solidaire du début à la fin. Ce n’est pas juste une histoire de performance personnelle, c’est aussi une histoire de complicité » affirme-t-elle. 

Afin de respecter les règlements de la catégorie en équipe, ils devront courir les 50 km du parcours sans se distancer l’un de l’autre et terminer tous les deux en même temps.  « Et ça, c’est tout qu’un défi! Mon mari a toujours tendance à partir trop vite et après, c’est moi qui le traîne tout le long. Donc là, on va être obligé de partir plus lentement », confie-t-elle en riant.

Courir en Outaouais

Même si elle habite dans la région de Montréal, Isabelle en sera à sa quatrième course en Outaouais cette année, dont sa troisième avec 3BR. 

« L’Outaouais pour moi, c’est moins loin que d’aller à Québec et il y a moins de trafic. C’est plus pratique d’aller dans le Parc de la Gatineau que d’aller dans le coin de Québec. »

3 Beavers Racing promet tout un accueil aux participants

Une chose est certaine, le déplacement en vaudra la peine. En plus, de la beauté des sentiers du parc, l’équipe de 3BR met une fois de plus de l’avant l’accueil qu’elle réserve à chacun des participants. Le but est de « toujours leurs offrir plus que ce à quoi ils s’attendent », affirme Mat Lefevre. 

Isabelle et les autres coureurs du 25, du 50 et du 100 km peuvent donc s’attendre à être traités aux petits oignons par les organisateurs et les bénévoles tout en vivant une expérience qu’ils ne seront pas près d’oublier.

À lire aussi :