Deux Québécois affronteront cette semaine le premier « Half » Marathon des Sables

HALF MDS FUERTEVENTURA_19-2
Photo : Marathon des Sables

Mylène Gauthier, de Québec, et Éric Côté, de Montréal, seront parmi les premiers Québécois à vivre l’expérience du Half Marathon des Sables, cette semaine. Créée pour donner un aperçu des plus belles expériences qui font la renommée du Marathon des Sables, la version “demi”, plus accessible, réunira 300 coureurs sur un parcours de 120 km, en 3 étapes, sur l’île de Fuerteventura aux îles Canaries, en Espagne.

« Je suis vraiment excitée à l’idée de participer à cette aventure », s’enthousiasme Mylène, qui a été invitée par la compagnie de vêtements sportifs pour femmes WAA Ultra, dont elle est ambassadrice. « Ce sera un défi hors norme, mais je me sens prête », explique la coureuse qui revient du Grand Raid des Pyrénées, une course par étapes totalisant 110 km, ayant eu lieu en août dernier, en France.

Le Half Marathon des Sables présente les mêmes ingrédients que le Marathon des sables : allure libre, bivouac, désert et autonomie alimentaire. Plutôt que de courir 250 km en six jours, les participants franchissent cependant trois étapes en quatre jours, pour un total de 30 km, 60 km et environ 35 km.

Le désert n’est également pas le même. Alors que le Marathon des Sables amène les coureurs aux fins fonds du désert du Sahara, la version « demi » se déroule dans les montagnes et les dunes sablonneuses de l’île volcanique Fuerteventura, principalement exploitée comme station balnéaire.

mylene sac-2
Mylène Gauthier réalisant des tests avec son nouveau sac du Marathon des Sables – Crédit: Christian Dionne

Une course en autonomie alimentaire

Comme dans le cadre du Marathon des Sables, une des plus importantes difficultés de l’épreuve réside dans la nécessité pour les participants de courir avec leur équipement complet dans leur sac à dos, sous une chaleur accablante.

C’est même ce qui inquiète le plus Mylène. « Je me demande comment mon dos va réagir. J’ai fait quelques tests avec le sac à dos qu’on m’a donné, conçu spécialement pour le Marathon des Sables, mais j’ai un dos fragile et nous devons traîner nous-mêmes plusieurs choses, dont notre nourriture pour être en autonomie alimentaire », précise-t-elle.

La question de l’alimentation est d’ailleurs prise très au sérieux par l’organisation, qui exige un nombre minimal de calories consommées par jour, et qui surveille les chartes des différents aliments des coureurs afin d’éviter les carences.  

Au contraire du Marathon des Sables, où les participants dorment en nombre de huit coureurs sous une grande tente berbère, les participants du Half Marathon des Sables reçoivent une tente individuelle de moins de 1 kg, développée pour l’événement, et que l’organisation déplace d’un bivouac à l’autre, chaque jour. Les coureurs reçoivent aussi une paire de bâtons en carbone nécessaire pour faire tenir la tente.

Objectif : plaisir!

Si Mylène est fébrile à l’idée de réaliser ce défi, elle ne se met aucune pression de performance. « Je le fais entièrement et purement par plaisir », souligne-t-elle. « Je suis privilégiée de participer à cet événement et je n’ai aucune autre ambition que de m’amuser ». Les temps sur les étapes sont par ailleurs déterminés de façon très large par les organisateurs de sorte de permettre aux bons marcheurs de participer et de finir dans les temps.

Aujourd’hui, lundi 25 septembre, les coureurs réaliseront une première marche d’acclimatation, passeront au travers des différents contrôles et vérifications et recevront la parcours exact de la course. Le défi commencera officiellement demain, et il sera possible de suivre les coureurs grâce à la géolocalisation en direct.