De grosses pointures à surveiller sur la Coupe du monde de triathlon du Pentathlon des neiges

triathlon 2018
Les trois gagnants masculins de la Coupe du monde de triathlon 2018 sont de retour cette année (de gauche à droite: Olivier Babineau, Maxime Leboeuf et Christopher Busset) – Photo : Groupe Pentathlon

C’est aujourd’hui, dimanche 24 février, à 10h45, qu’est donné le départ de la Coupe du monde ITU de Triathlon d’hiver, volet Élite, du Pentathlon des neiges, sur les Plaines d’Abraham à Québec.

L’épreuve, parmi les plus prestigieuses à surveiller au cours du Pentathlon, réunira certains des meilleurs athlètes québécois en triathlon d’hiver, tels que Maxime Lebœuf, Olivier Babineau et Christopher Busset, qui feront compétition avec l’élite internationale, notamment le Français Stéphane Ricard, triple vainqueur des championnats du monde de course de raquettes.

Chez les femmes, nous surveillerons particulièrement Sarah Bergeron-Larouche et Anne-Marie Comeau, qui partageront la ligne de départ avec de grandes pointures venues d’ailleurs au Canada, de Suède, de Finlande et des États-Unis.

Maxime Leboeuf, qui avait remporté l’épreuve en 1h11:58 l’an dernier, devant Olivier Babineau (1h14:05) et Christopher Busset (1h14:14), s’est dit de nouveau confiant de se démarquer cette année sur ce parcours. « Je maîtrise bien les trois disciplines par rapport à d’autres concurrents. Je dirais que je suis le plus fort à la course à pied et les sensations sont très bonnes en ski. Cette année, je suis un peu plus fatigué par contre. Je me sens en mode survie, avec le bébé, le travail à temps plein », explique-t-il en entrevue avec Distances+ tout en courant pour aller au travail.

Maxime Leboeuf est un habitué des podiums du Pentathlon , où il a notamment gagné la Coupe du monde de triathlon et la longue distance en solo en 2018 - Photo : Groupe pentathlon
Maxime Leboeuf est un habitué des podiums du Pentathlon, où il a notamment gagné la Coupe du monde de triathlon et la longue distance en solo en 2018 – Photo : Groupe pentathlon

Une épreuve qui se joue en ski de fond

Il faut dire que Maxime a aussi fait partie de l’équipe canadienne de biathlon pendant une dizaine d’années. « C’est mon élément le ski. Christopher Busset est un excellent athlète mais il n’a pas passé 15 ans de sa vie à faire du ski quand il était jeune. J’avais arrêté quelques années mais j’ai recommencé plus sérieusement depuis 4 ou 5 ans et c’est redevenu mon sport numéro un l’hiver. »

Or, la course va se passer en ski de fond, juge l’athlète. « Les écarts ne se creuseront pas beaucoup en course, peut-être de 30 ou 45 secondes seulement, alors qu’en ski, surtout avec les conditions de neige molle de cette année, les meilleurs pourront gagner jusqu’à 2 minutes. »

Si ses compétiteurs de l’an passé seront toujours de la ligne de départ, c’est Francis Izquierdo-Bernier qui risque le plus de nous surprendre, croit Maxime, qui gère aussi l’organisme Unis pour le sport. Le jeune skieur de 20 ans a gagné le Triathlon d’hiver Saint-Adolphe-d’Howard il y a 2 semaines, de même que la course de 51 km de la Gatineau Loppet en deuxième position le 17 février, une épreuve où Maxime Leboeuf est lui-même arrivé quatrième.

 « Francis, c’est la carte secrète de la Coupe du monde cette année », croit Maxime, qui souhaite que son expérience du Pentathlon des neiges fasse la différence. « Olivier Babineau et moi, on ne fait plus d’erreurs qui nous coûtent 10-15 secondes aux transitions. On a développé des stratégies pour être plus vite pour mettre nos patins et faire de petits ajustements aux équipements. »

Stéphane Ricard lors d'un entraînement de ski de fond dans sa région dans les Hautes-Alpes - Photo : courtoisie
Stéphane Ricard lors d’un entraînement de ski de fond près de chez lui, dans la région des Hautes-Alpes – Photo : courtoisie

Le Français Stéphane Ricard sur la ligne de départ

Au niveau de l’élite internationale, les yeux seront aussi rivés sur Stéphane Ricard, venu spécialement de France pour participer à la Coupe du monde ITU de Triathlon d’hiver et au Pentathlon longue distance en solo, samedi prochain le 2 mars.

Stéphane est un champion de course de raquettes et de course à pied, en plus de ne pas faire dans la dentelle en ski de fond. C’est plutôt au niveau de l’épreuve de patin que les choses risquent de se corser pour l’athlète, qui a enfilé des longues lames pour la première fois il y a un mois seulement.

 « Je fais du patin de hockey depuis des années, mais ça n’a rien à voir. J’ai plus de chances de me démarquer au Pentathlon longue distance, je pense, puisqu’il y a deux épreuves de course », croit le coureur originaire des Hautes Alpes, dont le record sur 10km sur route est un redoutable temps de 31min07.

Rappelons que ce sont 13 hommes et 10 femmes qui se mesureront sur la Coupe du monde de triathlon, une épreuve réservée aux meilleures élites. Celles-ci se partageront un total de 8 000 $ en bourses, offertes aux cinq premiers à franchir le fil d’arrivée chez les hommes et chez les femmes.

Le Pentathlon se poursuit jusqu’au 3 mars

La 15e édition du Pentathlon des neiges a été lancée hier, le samedi 23 février, avec un record de plus de 6000 participants inscrits aux 15 différentes épreuves. En solo, en tandem, en famille ou en équipe, les pentathlètes se mesureront les uns aux autres en patin, ski de fond, course à pied, course de raquettes et vélo d’hiver.

Le Pentathlon se poursuit toute la semaine jusqu’au 3 mars avec, entre autres, les défis scolaires de niveau primaire et secondaire, le défi famille, les défis longue distance et courte distance en solo et en équipe, de même que le tout nouveau défi « intégration sociale » qui permet aux adultes et aux enfants atteints d’une déficience intellectuelle, d’un trouble du spectre de l’autisme ou d’un trouble de santé mentale de participer, avec leurs proches, au Pentathlon des neiges.

Hier, samedi le 23 février, se tenait aussi le défi corporatif, le défi universitaire, le défi MEES et le défi santé et services sociaux.

La liste des athlètes de la Coupe du monde de triathlon:

Hommes:

Christopher Busset, Lévis (Québec, Canada)

Patrick Levasseur, Lévis (Québec, Canada)

Jean Paquet, Québec (Québec, Canada)

Mathieu Bélanger-Barrette, Québec (Québec, Canada)

Peter Mlynar, Slovaquie

Peter Ziska, Slovaquie

Siegfried Kainz, Autriche

Stéphane Ricard, France

Maxime Leboeuf, Gatineau (Québec, Canada)

Martin Veenhuizen, Pays-Bas

Francis Izquierdo-Bernier, Saint-Adolphe D’Howard (Québec, Canada)

Ryan Kelly, New Hampshire (États-Unis)

Olivier Babineau, Ottawa (Canada)

Femmes

Malin Börjesjö, Suède

Amber Ferreira, New Hampshire (États-Unis)

Ariane Carrier, Jonquière (Québec, Canada)

Catherine Fleury, Saint-Gédéon (Québec, Canada)

Maija Oravamäki, Finlande

Anne-marie Comeau, St-Ferreol-les-Neiges (Québec, Canada)

Frédérique Pérusse, Levis (Québec, Canada)

Sarah Bergeron-Larouche, Quebec (Québec, Canada)

Lovisa Modig, Suède

Madeleine Davidson, Toronto (Canada)