La Chute du Diable promet un plaisir d’enfer à ses centaines de coureurs

la_chute_du_diable_photo_courtoisie

C’est ce week-end que se déroule la sixième édition de l’événement La Chute du Diable à Saint-Mathieu-du-Parc en Mauricie. Déjà près de 600 coureurs ont confirmé leur présence à ce rendez-vous annuel qui s’installe de plus en plus comme un incontournable.

« Cela a commencé par des passionnées de course qui ont décidé d’organiser un petit événement pour le fun entre amis », raconte Peggy Juneau, responsable des communications et finances pour l’organisation. Le « petit événement » a tout de même réuni 200 participants à sa première édition.

« Cette année, on devrait atteindre 700 coureurs et peut être même dépasser ce nombre, dit Peggy Juneau. Dans les courtes distances, les gens s’inscrivent souvent à la dernière minute, explique-t-elle. Les inscriptions en ligne ont fermé le 30 août, mais il sera toujours possible de s’inscrire sur place jusqu’à la veille de la course. »

Une nouveauté cette année : une toute nouvelle distance de 22 km. « J’ai hâte de voir les temps d’arrivée des premiers, car il sera vraiment technique », dit Peggy Juneau.

Les autres distances — qui varient du 3 au 80 km — demeurent pratiquement inchangées, sauf un petit ajustement sur le 80 km qui devrait ajouter encore un peu à la difficulté du parcours.

Un 50 km à surveiller

L’épreuve du 50 km promet d’être particulièrement relevée cette année. « On a Sarah-Bergeron Larouche qui tentera de déloger Annie Jean, qui viendra défendre son titre. On peut donc s’attendre à un beau duel. Hélène Michaux sera également de la partie, ainsi qu’Alister Gardner chez les hommes », précise-t-elle.

Le 80 km ne sera pas en reste. « Il est presque complet. Ça va être un record de participation, notamment en terme de présence féminine. C’est un parcours qui est quand même très difficile », dit l’organisatrice. Du côté des hommes, Lee-Manuel Gagnon et Benoit Beaupré seront à surveiller alors que Natacha Gagné, Annie-Claude Vaillancourt et Anne Roisin devraient se livrer une chaude lutte.

D’autres évènements sont également chapeautés par la même organisation. « On a une course hivernale en février, que l’on va répéter en 2018, l’Abominable Diable des Neiges. On a également la course Sasquatch, qui était en juin, mais qui sera déplacée en juillet, et qui comprend des distances entre 1 et 20 km », explique Peggy Juneau.

À lire aussi : 

La Chute du Diable, pour découvrir l’arrière-pays de la Mauricie