Black Fly : le plaisir de courir en boucle dans le parc de la Gatineau

Black Fly Trail Racek
Photo : Richard McDonald

La deuxième édition de la course Black Fly a lieu ce dimanche au Camp Fortune dans la région de l’Outaouais. L’organisation veut faire découvrir les beautés du parc de la Gatineau, en proposant un défi pour tous les types de coureurs, dans une atmosphère de dépassement et de camaraderie.

Pour cette course chronométrée, l’équipe de 3 Beavers Racing (3BR) s’est inspirée des compétitions autour de pistes d’athlétisme dans les collèges américains. « Nous voulions utiliser cette idée présente dans les collèges américains et la transposer en sentiers », dit Mat Lefèvre, cofondateur de 3 Beavers Racings avec Ray Zahab et Sereena Trottier. Et ce, afin de proposer une expérience à la fois sportive et rassembleuse.

Ils proposent donc une boucle de 3 km pour la course de 3 heures et une deuxième boucle de 6 km pour les courses de 6 et 12 heures.

Faire vivre une expérience mémorable

En plus d’avoir concocté un parcours excitant et rempli de défis grâce aux changements d’élévation et aux divers types de sentiers, les organisateurs veulent faire vivre aux participants une expérience mémorable en misant, entre autres, sur l’aspect « humain » de l’évènement.

« L’objectif derrière nos courses n’est pas de faire de l’argent, mais bien de faire vivre la meilleure expérience possible », dit Mat Lefèvre.

En effet, grâce à son unique point de ravitaillement, ce type de course peut concentrer toutes ses ressources en un seul endroit. Les coureurs peuvent donc s’attendre à passer à travers une bulle festive remplie d’encouragements, de nourriture et de surprises à chacun de leur « tour de piste ».

« Nous voulions que ce soit plaisant comme course. Nous pouvons faire en sorte que ce ravitaillement soit pas mal plus excitant! », dit Mat Lefèvre.

Les courses chronométrées en boucle

Ce concept de boucle, même s’il est un peu moins connu au Québec, offre d’autres aspects très intéressants qui distinguent ces courses de celles qui vont d’un point A à un point B. 

En plus de l’atmosphère survoltée au ravito, une course en boucle permet de courir à plusieurs reprises les mêmes sentiers et d’en apprendre un peu plus à chaque fois sur chacune des sections. Cette répétition permet aux athlètes d’améliorer leur approche tout au long de l’épreuve et d’apprécier davantage la beauté de l’environnement dans lequel ils se trouvent, une fois qu’ils ont réussi à trouver leur rythme. 

De plus, « c’est une approche psychologique totalement différente, dit Mat Lefèvre, car tu connais le parcours, tu l’as déjà couru, et c’est donc plus difficile de convaincre ton corps de continuer quand tu commences à être fatigué. C’est vraiment une course qui se passe dans la tête. Il y a un aspect physique, mais l’aspect psychologique prend tranquillement le dessus. »

Les coureurs pourront tout de même compter sur un autre type de motivation afin de pouvoir dépasser leurs propres limites. En effet, il y a moins de risque de se retrouver seul. Cela permet de se motiver en essayant de rattraper ceux et celles qui se trouvent devant au cours des prochaines boucles.

« Toutes les boucles sont une expérience différente qui pousse les coureurs à se surpasser d’une manière différente », conclue Mat Lefèvre.

À lire aussi :