Libérez vos pieds et les pieds de vos enfants!

Une chronique militante du Doc Benoit

Empreinte de pieds de bébé
Une empreinte de pied de bébé

L’étude de l’évolution du pied humain nous permet de comprendre la progression de l’Homo sapiens vers le statut bipède. Une série de lentes adaptations positives a permis au pied de devenir fort, souple et agile afin d’assurer la survie des peuples migrateurs, chasseurs et cueilleurs à travers leurs longs périples. Aujourd’hui, c’est l’industrie de la chaussure qui a pris le contrôle de nos pieds. Ne soyez pas dupes, ils sont en danger!

Le soulier avait initialement été conçu pour simplement protéger le pied des reliefs du sol. Les fabricants, de chaussures de sport tout particulièrement, ont vite compris qu’il était rentable de vendre des produits équipés de technologies promettant des gains de performance et de prévenir les blessures. À ce jour pourtant, aucune étude sérieuse n’a démontré de résultats convaincants en ce sens. Un seul constat : le pied humain s’affaiblit à travers les générations. Les technologies de protection des chaussures modernes le surprotègent et nuisent au développement optimal de sa musculature intrinsèque.

Il est bon de souligner que ce triste constat est amplifié par l’augmentation du sédentarisme dans nos sociétés occidentales. Des kilomètres de marche et de course ont été remplacés, pour ne pas écrire gaspillés, par des kilomètres installés trop confortablement en voiture. La conséquence, c’est que nous assistons à une régression, voire à une dégringolade des adaptations du pied humain.

Non aux technologies qui promettent de corriger nos pieds

Pour être fort à l’âge adulte, le pied doit être stimulé adéquatement dès la petite enfance. Malheureusement, chausser correctement son enfant est un réel défi pour les parents consciencieux. L’éventail de souliers rigides et surcoussinés offerts sur le marché ne correspond en aucun point aux besoins de nos tout-petits.

Les pieds de nos enfants n’ont pas besoin d’être stabilisés ou corrigés de quelque manière que ce soit. Le seul but d’une chaussure est de protéger le pied des blessures et des infections provoquées par les surfaces à risque. Il est archifaux de penser qu’il faut ajouter un support d’arche au pied de l’enfant. L’absence d’arche est une variante de la normale.

On doit d’ailleurs absolument favoriser le nu-pieds chez l’enfant. C’est ce que recommande la grande majorité des sociétés savantes sérieuses qui se sont penchées sur le sujet telles que l’American Academy of Pediatrics, l’Association canadienne de pédiatrie et l’Association Médicale canadienne de podiatrie.

Se chausser adéquatement en suivant les bonnes recommandations

La Clinique du Coureur a révisé récemment l’ensemble de la littérature disponible concernant les recommandations sur la chaussure pour les enfants. Vous trouverez les liens vers ces dernières en bas de cette page*. Une version adaptée pour les lecteurs de Distances+ avait également été publiée l’an passé.

L’Association médicale canadienne de podiatrie affirme que les chaussures ne sont pas nécessaires à l’intérieur quand votre enfant commence à marcher. On doit plutôt laisser nos enfants se déplacer pieds nus ou seulement avec des bas antidérapants.

La chaussure pour enfants doit être mince, près du sol, sans technologie de stabilisation du pied et doit surtout permettre à l’avant-pied d’être libre de mouvement. Elle ne doit donc absolument pas serrer les orteils en étant trop étroite. Il ne doit pas y avoir non plus de dénivelé entre l’avant et l’arrière de la chaussure. Un centimètre de dénivelé pour un enfant de 12 mois représente combien de centimètres sur une chaussure de taille adulte? Faites le calcul… En résumé, la chaussure doit être confortable, flexible, près du sol et légère. Être bien chaussé à l’enfance est à la base de la prévention d’une multitude de soucis causés par des pieds faibles et déconditionnés à l’âge adulte.

Alors pourquoi est-il si difficile de se chausser adéquatement?

L’industrie vend des technologies et il n’est donc pas intéressant pour elle de vendre une chaussure à haut indice de minimalisme, qui en est presque dépourvue. J’ai lu un commentaire il y a peu de temps sur les réseaux sociaux dans lequel un internaute écrivait que « les recommandations des professionnels n’étaient pas en accordance avec la réalité du marché ». Le problème est vu à l’envers! Il est primordial de persévérer et de prendre conscience que c’est le marché qui n’est pas en accord avec les recommandations des professionnels qui sont pourtant basées sur les meilleures connaissances scientifiques actuelles. Le marché va toujours s’adapter aux besoins des consommateurs. Si ces derniers font valoir leur pouvoir de consommateurs en refusant d’acheter des chaussures qui vont à l’encontre de la  biomécanique naturelle de leurs pieds, les fabricants n’auront d’autre choix que de s’ajuster.

Avoir de bons pieds, c’est la base de la pyramide, c’est non négociable. Les mauvaises habitudes se rattrapent mal. Combattons ensemble les idées reçues pour libérer nos pieds et ceux de nos enfants. Unissons-nous pour forcer l’industrie à offrir des produits adéquats au nom de la bonne santé de nos petits pieds.

*Voici les recommandations de la Clinique du Coureur pour chausser les enfants :
Les chaussures chez les enfants
Les chaussures et les enfants (partie 1)
Les chaussures et les enfants (partie 2)

Simon Benoit est médecin de soins critiques en urgence, en plus de tenir une pratique de bureau axée sur la médecine sportive. Il est membre de  l’Association  québécoise  des  médecins du sport. Il est également diplômé en physiothérapie et en chiropratique et est ambassadeur de La Clinique du Coureur. Lisez tous ses textes !