Choisir son yoga en fonction de ses objectifs de course

yoga-distances

 

Photo: Éloïse Rochefort

Le yoga pourrait optimiser votre préparation à la réalisation de vos objectifs de course à pied. Il est possible d’introduire à votre planification différents styles de yoga qui sauront, chacun avec leurs particularités, vous permettre de progresser sainement. 

De même que la récupération est aussi importante que l’entraînement, la pratique du yoga actif et musculaire est aussi importante que celle du yoga passif. On peut en effet distinguer deux types de pratiques : le type yin (relâchement musculaire et passivité) et le type yang (travail musculaire et chaleur).

En période d’augmentation de volume d’entraînement, puisque vous imposez à votre corps une charge de travail musculaire plus grande, il serait recommandé de plutôt vous tourner vers le yin yoga ou le yoga restaurateur passif. Sa particularité se trouve principalement dans la longue tenue des postures en état de relâchement musculaire. Les effets, du point de vue anatomique, se situent au niveau des tissus conjonctifs : fascias, tendons, ligaments et articulations.

Étonnamment, vous trouverez probablement cette pratique plus difficile mentalement, parce que vous avez l’habitude d’être continuellement dans l’action. Par contre, vous pourrez développer la force de votre mental en situation d’inconfort, puisque lorsque vous êtes dans une posture statique, tout comme lorsque vous êtes en plein milieu des montagnes, il n’y a pas vraiment moyen de vous sauver du moment présent, même lorsque vous rencontrez un obstacle.

Lors de votre période d’affûtage, dans les semaines qui précèdent votre course, la pratique en mouvement continu, communément appelée flow, est tout indiquée pour vous permettre d’optimiser votre respiration dans le mouvement. Vous serez également appelés à développer votre mobilité par des enchaînements fluides qui permettent un travail de l’entièreté du corps. Le yoga flow est également une belle solution en période de récupération pour cette raison.

Lorsque votre volume d’entraînement est bas, il est temps d’opter pour une pratique athlétique, qui est exigeante pour votre corps. Elle contribuera à développer votre force, votre endurance et votre souplesse, tout en étant bénéfique pour vos capacités respiratoires.

Généralement, les enchaînements proposés comportent plusieurs postures d’équilibre qui vous permettront de travailler vos stabilisateurs. Lorsque pratiquées en salle chaude, où la température varie entre 37 et 42 °C, ces postures vous permettront d’augmenter votre résistance aux températures élevées et vous aurez beaucoup plus de plaisir à courir en période estivale.

Enfin, il existe différents styles de yoga particuliers à la course à pied. Par exemple, le yoga fonctionnel, qui cible précisément les groupes musculaires et les articulations sollicités par la pratique de cette discipline et travaille de manière effective les qualités inhérentes nécessaires au coureur. Toutefois, si vous cherchez à être plus spécifique dans votre plan d’entraînement, il peut être préférable de consulter un enseignant qualifié pouvant vous conseiller personnellement.

Le yoga est assurément synergique à la course à pied, mais encore faut-il planifier correctement son intégration à votre entraînement, afin que l’association des deux ait un impact important sur vos performances en sentier et sur votre bien-être.

Éloïse Rochefort est professeure de yoga et marathonienne. Elle cherche à inspirer autant les athlètes à améliorer leur performance par le yoga que les amateurs à découvrir les nombreux bienfaits de cette discipline millénaire. On peut la suivre sur ses réseaux sociaux via Facebook ainsi que sur Instagram.

Sur le même thème :

Le yoga : un entraînement croisé de prédilection