MEC renforce sa place dans la course en sentier

MEC1
Photo : MEC

C’est le week-end prochain que les sentiers du centre de ski Chantecler à Sainte-Adèle seront l’hôte de la troisième course MEC de la saison. Avec une offre bonifiée de courses en sentier – plus de six sont offertes cette année dans la seule région de Montréal – et une association avec la Fondation Unis pour le sport, MEC tente plus que jamais de faire sa marque au sein de la communauté du trail.

Pour la seconde édition de la course du Chantecler, le taux de participation se compare à celui de 2017. « On a beaucoup d’inscriptions de dernière minute car nos prix ne gonflent pas à l’approche de l’événement. Souvent les gens regardent la météo avant de se décider à participer », explique Marie-Catherine Sénéchal qui agit comme coordonnatrice des événements, des activités et des relations communautaires pour MEC.

Les parcours demeurent les mêmes avec des distances entre 1 et 20 kilomètres avec, en prime, quelques améliorations. « L’année dernière, le stationnement avait été chaotique, se rappelle Marie-Catherine. On a donc prévu plus d’agents de stationnement. L’autre problème, c’est que des gens avaient vandalisé notre balisage pendant la course. Pour éviter que ça se reproduise, on a pris contact longtemps à l’avance avec la communauté de vélo de montagne », explique-t-elle.

Même si la plupart des coureurs élites seront au Trail de la Clinique du coureur, qui a lieu le même week-end, quelques coureurs connus seront présents dont Julien Lachance et Olivier Roy-Baillargeon de la Fondation Unis pour le sport. En plus d’animer un séance d’échauffement pour les coureurs, ils participeront à la course de 20 kilomètres.

Le Tour Mont-Royal Brébeuf devient le Marathon du Mont-Royal

La dernière course MEC de la saison sera le Marathon du Mont-Royal qui se veut l’héritier du Tour du Mont-Royal Brébeuf dont la fin avait été annoncée l’automne dernier par son fondateur Patrick Daigle. 

Le but est de préserver l’héritage du Tour du Mont Royal Brébeuf. « On reprend une formule qui était déjà appréciée. Par contre, on n’a plus accès aux installations du Collège Brébeuf. Il faut donc trouver une alternative, mais rien n’est encore fixé pour l’instant », a indiqué Marie-Catherine Sénéchal.

Un nouveau lieu de départ aura nécessairement un impact sur les parcours comme l’explique l’athlète Maxime Lebœuf, de la Fondation Unis pour le sport, qui co-organise l’événement. « La portion bitume entre le Collège et le sommet Outremont risque d’être coupée, ce qui ne sera pas une grosse perte. On fait des tests actuellement et on estime qu’environ 75 % du parcours sera identique aux autres éditions. Par contre, il n’y aura que cinq distances, soient celles de 1, 5, 10, 20 et 40 kilomètres. »

L’association entre MEC et Unis pour le sport

L’arrivé d’Unis pour le sport permet de bonifier les courses MEC, selon Maxime Lebœuf. « Il existe maintenant un plan d’entraînement de huit semaines pour chacune des courses. Ce sont de super bons guides, totalement gratuits, disponibles sur le site web des courses MEC. »

La Fondation Unis pour le sport organise également des séances d’échauffement avant chacune des courses. « À la course MEC 4, à Mont-Tremblant, c’est Mathieu Blanchard et Marianne Hogan qui l’animeront avant de prendre part à la course de 40 kilomètres. C’est une façon d’apprendre des gens qui ont une expérience de classe mondiale », a commenté Maxime Lebœuf.