Brix : l’histoire de deux passions qui se rencontrent

brix nouveau
Brix à l’érable – Photo : Courtoisie

Distances+_DossierProduitsQuebecoisPourLesSportifs_SB_728x90

Distances+ vous propose une série d’articles sur des produits québécois pour les sportifs. De l’alimentation aux vêtements en passant par les accessoires d’entraînement, nous vous présentons quelques fleurons du Québec qui pourront vous accompagner lors de la pratique de vos activités préférées et, bien entendu, lors de vos sorties de course en sentier.

Après avoir connu de sérieux problèmes intestinaux lors de compétitions sportives, Mario Plouffe s’était promis de ne plus consommer de gels synthétiques. Grâce à un parcours hors du commun, cet amateur de plein air a alors eu l’idée de combiner ses deux passions pour l’acériculture et le sport afin de créer un gel énergétique unique pour les sportifs : le Brix à l’érable.

Sur les tablettes depuis 2015, le produit est maintenant déjà très populaire dans le monde de la course en sentier. Il aura cependant fallu plusieurs années avant que ce grand projet ne voit le jour.

Un intérêt inattendu pour l’acériculture

Tout a commencé lorsque Mario cherchait une terre afin d’y pratiquer la chasse. Le terrain de prédilection, situé au mont Yamaska, disposait déjà d’une installation afin de produire du sirop d’érable. « J’ai appris sur le tas, comme on dit. Par la suite, je me suis perfectionné, car la passion était au rendez-vous », raconte-t-il.

Au départ, Mario se consacrait à son érablière tout en occupant un autre travail. Machiniste de formation, il a été superviseur de production et de maintenance pendant une dizaine d’années avant de s’investir à temps plein dans son érablière.

En 2012, il a commencé à se questionner sur les éventuels projets possibles avec le précieux liquide de ses érables.

Il a enchaîné plusieurs idées. Entre la production de sirop et de sous-produits dérivés qu’il vendait dans les écoles à des fins de financement de projets d’étudiants, il a créé des sentiers pédestres dans son érablière et mis sur pied un club de course en sentier. Car d’aussi loin qu’il s’en souvienne, Mario a toujours été un sportif.

Bien qu’il n’ait pas toujours été un amateur de course en sentier, il avait beaucoup d’admiration pour ceux et celles qui pratiquaient cette activité. Il a fini par se lancer lui-même dans des compétitions de courses en sentier et de courses à obstacles, puis à s’initier au triathlon, un grand rêve pour lui. Dès sa première année dans ce sport, Mario a d’ailleurs complété huit triathlons au sprint, puis, l’année suivante, a réussi l’IronMan 70,3.

Mario Plouffe lors de sa participation au Bromont Ultra
Mario Plouffe lors de sa participation au Bromont Ultra -Photo: Marc Massé

Fabriquer son rêve, une étape à la fois

C’est dans ses temps libres que Mario a commencé à travailler sur son grand projet. Il devait d’abord trouver la bonne densité du produit en jouant avec le « degré Brix » pour empêcher le sirop de tourner au sucre. Le degré de Brix est le nom d’une unité de mesure qui sert notamment à quantifier le taux de sucre contenu dans le sirop d’érable. Ainsi, plus l’échantillon est sucré, plus le degré Brix est haut.

C’est après quelques apprentissages par essai et erreur et des tests avec ses amis coureurs du Club de trail de Bromont que le produit a finalement été mis au point.

Ainsi, avant même la sortie de Brix, des boutiques réclamaient déjà le produit qui faisait parler de lui. Dès la première semaine, ce sont dix boutiques qui offraient Brix sur leurs étagères. Certains commerces ont même été en rupture de stock le temps de le dire. Neuf mois plus tard, plus de 100 boutiques suivaient le mouvement.

Le sirop d’érable : un aliment parfait pour les sportifs

Qu’est-ce qui explique un tel succès? Le goût unique de Brix fait l’unanimité, dit Mario Plouffe, sans parler de l’énorme différence du côté du regain d’énergie qui en surprend plus d’un, selon lui. Lors de la pratique d’une activité physique, le gel permettrait au corps de se rétablir plus rapidement en rechargeant les réserves de glycogène.

Le produit ne contient aucun agent de conservation et sa concentration en électrolytes permettrait aux consommateurs de maintenir leurs performances en offrant une source de potassium qui, normalement, se perd par la transpiration, explique Mario, habitué de vanter les mérites de son gel.

Il ajoute que la concentration choisie en degré Brix fait en sorte qu’aucun autre produit ne l’égale sur le marché.

« Le sirop d’érable est un sucre rapide qui se digère et s’assimile rapidement, en plus d’avoir un bon goût. Il contient plusieurs minéraux et antioxydants. Il s’agit donc du sucre parfait pour nous donner de l’énergie, estime le créateur. Fini le temps où on prenait un gel en faisant la grimace. Enfin on a hâte de prendre notre gel! », dit Mario.

mario plouffe mrc de rouville
Mario Plouffe (2e à partir de la droite) lors de sa nomination comme premier lauréat de la Pomme de verre de la MRC de Rouville en 2017 – Photo: courtoisie

Une entreprise qui innove et qui croît

Mario n’a pas hésité à faire évoluer son produit depuis les débuts. Par exemple, le sachet au bouchon ouvrable d’une seule main est une idée qui a rapidement été populaire. « Depuis, j’ai conçu le sachet de 38 grammes, tout aussi innovateur, avec l’embout du sachet qui ne tombe pas lorsqu’il est déchiré » ajoute-t-il.

Après avoir été sélectionné par l’organisation du Marathon de Montréal l’année dernière, c’est maintenant au tour de la Course de l’Armée d’Ottawa de fournir des sachets de Brix.

Mario s’est aussi vu nominer premier lauréat de la Pomme de vert de la MRC de Rouville, en 2017, qui lui a été offerte afin de souligner sa passion, son audace et sa détermination à développer un produit unique.

« C’est pour moi une fierté d’avoir réussi à marier mes deux passions, soit le sport et l’acériculture. Quand les gens viennent me voir et me disent qu’ils n’ont jamais goûté quelque chose d’aussi bon et efficace, je me dis que j’ai bien réussi », conclut Mario.

Distances+ n’entretient aucun lien d’affaires avec Brix, n’a rien demandé ni rien reçu en échange de cet article, qui a été réalisé en toute indépendance.


À lire aussi :