Il court, elle s’implique : deux passions qui consolident leur couple

Matt-large
Mathieu Dupuis et sa conjointe Johanne Poirier – Photo : courtoisie

DistancesPlus_Benevolat_SB_728x90

Il est impossible de tenir un événement de course à pied sans un nombre considérable de bénévoles compétents et dévoués. La course Western States en compte 1600 pour ses quelque 360 coureurs. L’Ultra-Trail Harricana en recrute pas moins de 250. Certains s’impliquent pendant des jours sans dormir. D’autres planifient leurs vacances en fonction de leurs événements favoris. Mais qui sont ces bénévoles? Quelles sont leurs motivations? Découvrez avec nous les histoires de bénévoles inspirants, dans ce dossier spécial sur le bénévolat.

*

S’entraîner pour un ultramarathon peut représenter un investissement en temps et en énergie important de la part d’un athlète. Les conjoints qui ne sont pas engagés dans le même projet peuvent parfois en souffrir. D’autres en retirent cependant des expériences positives, voire même constructives pour leur couple. C’est le cas de Johanne Poirier qui a découvert les joies de faire du bénévolat dans des courses pendant que son conjoint Mathieu Dupuis court de longues heures.

« L’été dernier, mon conjoint se préparait à participer aux 125 km de l’Ultra-Trail Harricana. Il m’expliquait pourquoi il se lançait dans cette expérience, décrivant le tout comme une grande célébration de la vie, une foulée de dépassement et d’émotions. Ça m’a donné le goût de participer à ma façon et j’ai donné mon nom comme bénévole pour la première fois », témoigne celle qui ne peut pas pratiquer la course pour des raisons de santé.

Harricana2017-large
Johanne Poirier accueillant son conjoint Mathieu Dupuis à son arrivée du 125 km de l’Ultra-Trail Harricana en septembre 2017 – Photo : courtoisie

Une expérience inoubliable

En s’impliquant de nombreuses heures durant la fin de semaine de l’Ultra-Trail Harricana, en septembre dernier, notamment pour la préparation de la nourriture, Johanne a découvert les joies du bénévolat.

« L’ambiance entre les bénévoles est très agréable. Quelques coureurs s’impliquent aussi avant ou après leur épreuve et j’ai eu la chance de discuter avec certains d’entre eux. Cela crée des beaux liens », décrit la thérapeute en réadaptation physique de la région de Québec.

Johanne affirme vouloir répéter son expérience qu’elle décrit comme une grande fête : « C’est tellement festif, il y a de la musique et beaucoup d’ambiance. Tout cet aspect de célébration m’a grandement marqué. »

Une première qui ne sera pas la dernière

Suite à son expérience bénévole lors de la course, Johanne confirme avoir vraiment eu la piqûre. « J’ai pris goût à encourager les gens qui veulent se dépasser en leur offrant mon plus beau sourire et en étant à leur disposition s’ils ont besoin de quelque chose », ajoute-t-elle.

En plus du plaisir de prendre part à une grande fête et de celui d’offrir son aide, Johanne explique que son implication a su créer de nouveaux liens dans son couple. « Aujourd’hui, on planifie nos vacances en fonction de la course. Aussi, j’ai pu le voir dépasser ses limites et être dans un état euphorique après la course. Je ne l’avais jamais vu pleurer avant! » confie-t-elle.

Johanne est maintenant prête à continuer et même à aller plus loin. « Je vais certainement l’accompagner dans ses courses à l’avenir. Je souhaite acquérir de l’expérience en tant que bénévole, même dans d’autres types de courses et voire même ailleurs dans le monde », conclut la conjointe bénévole par excellence.

À lire aussi : 

Ils ont joint l’utile à l’agréable avec le bénévolat en famille

Son implication bénévole a transformé le cours de sa vie

Être bénévole sur une course à l’étranger, une expérience à vivre