Arthur L’aventurier explore les sentiers du Québec à la course

Arthur l'aventurier avec des enfants
Arthur L’aventurier lors du départ de la course de 1 km de l’Ultra-Trail Harricana – Photo : Karine Maltais

Arthur L’aventurier aurait très bien pu s’appeler François L’aventurier, puisque le type qui l’incarne s’apparente joyeusement au personnage. Le populaire comédien, chanteur et animateur, que l’on peut voir à l’antenne de Radio-Canada dans une émission jeunesse très prisée, est aussi un coureur en sentier.

Cette saison, il a notamment complété le 30 km de la Trail de la Clinique du coureur, le 37 km du Trans Vallée et le 28 km de l’Ultra-Trail Harricana. Il s’est aussi attaqué au 42 km du Défi des Couleurs Simard, au début d’octobre.

Un jeune coureur

Avant de devenir la vedette pour enfants qu’il est maintenant, François Tremblay courait déjà. Il a commencé à l’école secondaire. Il se rappelle de cette époque où, pensionnaire, il devait porter les mêmes vêtements jour après jour pour aller courir le midi au mont Bellevue, à Sherbrooke. 

C’était l’époque où il pratiquait le cross-country, ses balbutiements dans l’univers de la course en sentier. « On avait accès au garage de l’école pour suspendre notre linge couvert de boue, qu’on remettait toute la semaine sans le laver », se souvient-il.

François continue à courir sur route pendant plusieurs années de façon machinale, sans but précis. 

C’est en 2015 qu’il commence la course en sentier avec sa conjointe. Les deux sillonnent ensemble les sentiers étroits près de leur chalet, à Portneuf. Ils se donnent l’objectif commun de compléter le 20 km du mont Orignal, en Beauce. 

La course ne se déroule pas très bien. François promet de ne plus courir en sentier… jusqu’à son inscription pour le Xtrail du mont Orford le mois suivant. C’est cette compétition qui confirmera son amour pour les sentiers.

arthur_aventurier_2018_uthc_Photo_Karine_Maltais
François Tremblay peut difficilement se dissocier de son personnage lorsqu’il est en public, et qu’il porte son chapeau – Photo : Karine Maltais

Fini la route pour l’aventurier

Plusieurs courses sur route et en sentier s’ajouteront par la suite au calendrier de compétitions de François. C’est à Ottawa, en 2017, alors que la canicule frappe de plein fouet la capitale, qu’il se promet de ne jamais refaire de compétition sur route.

« J’étais le seul à courir sur le gazon en bordure du parcours », dit-il. Il se consacrera alors à la course en sentier uniquement et conservera la route pour l’hiver ou quand il lui sera impossible de trouver un endroit pour s’entraîner lorsqu’il est en tournée.

Arthur l'aventurier et les fils de notre collaboratrice lors de l'Ultra-Trail Harricana - Photo : Tania Rancourt
Arthur L’aventurier et les fils de notre collaboratrice lors de l’Ultra-Trail Harricana – Photo : Tania Rancourt

Courir en progression

François avoue ne pas suivre de programme d’entraînement, mais se dit bien renseigné sur le sujet. Il lit beaucoup et regarde des vidéos régulièrement afin de se tenir à jour. 

Il est conscient de la progression à faire pour éviter les blessures et il mise sur certaines qualités afin d’améliorer ses performances. Il a travaillé beaucoup en dénivelé cette année et il est satisfait des résultats obtenus. 

François se dit prêt à affronter une distance plus longue. L’aventurier aimerait bien se dénicher une course de 50 km pour son cinquantième anniversaire, en 2019.

Inspiré dans ses sorties

Pour François, le lien entre son personnage d’Arthur et la course en sentier est tout à fait logique. Il retrouve dans ce sport un contact direct avec la nature et il y trouve des idées pour plusieurs de ses chansons. 

« Quand on est en mouvement, on dirait que l’inspiration vient encore plus », confie-t-il. 

Il s’arrête souvent en bordure du sentier pour enregistrer des bouts de chansons et il repart. Son attachement pour la terre est encore plus fort depuis qu’il pratique la course en sentier. 

Un modèle pour les familles

La course en sentier lui apporte un état de bien-être incroyable et renforce le lien qu’il a avec la nature. C’est pour cette raison qu’il publie des vidéos de ses sorties sur la page Facebook d’Arthur L’aventurier. 

Il s’est rapidement aperçu qu’il avait une influence positive sur les enfants, mais surtout sur leurs parents. Il n’a pas hésité une seconde lorsqu’on lui a demandé d’être invité spécial pour animer le 1 km de la course des enfants à l’Ultra-Trail Harricana. 

François Tremblay dit être heureux d’encourager les familles à sortir dehors. Les inciter à bouger lui procure un bonheur incroyable. « De voir les enfants courir dans le bois et se dépasser, ça me rend complètement émotif », dit-il.