Alexis Berg, photographe « officiel » des ultra-marathons en sentier

Frédéric et Alexis Berg / Photo : Sacha Berg
Frédéric et Alexis Berg – Photo : Sacha Berg

Le photographe français Alexis Berg, qui a immortalisé avec un esthétisme magistral la plupart des grandes courses de l’Ultra-Trail World Tour (UTWT), est de passage à Montréal. Il a dédicacé mardi soir son livre Grand Trail ainsi que son superbe « objet photographique » Grand Trail Extra qu’il a réalisé dans la foulée, montrant que la course en sentier est ultra photogénique. Distances+ s’est entretenu avec lui.

Contrairement à son grand frère, le journaliste et ultra-marathonien en sentier Frédéric Berg, qui l’a inspiré et qui a collaboré activement aux deux projets, Alexis ne court pas. Mais il marche beaucoup, son appareil photo Canon en main, pour « trouver les bons spots », ces endroits parfaits où il parvient à sublimer les coureurs au cœur de paysages grandioses qu’ils arpentent de jour comme de nuit.

« Un exemple, à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, pour être à l’aube au col Ferret (2500 m d’altitude), il faut compter deux heures de randonnée et 700 m de dénivelé. J’ai intérêt à être en forme », a-t-il plaisanté.

Alexis Berg a découvert le monde des ultra-marathons en sentier en 2013 en suivant Frédéric. Il l’avait filmé dans le cadre d’un documentaire lors de la Diagonale des fous, sur l’île de La Réunion. Il a eu la piqûre. En 2015, il est devenu photographe officiel de l’UTWT, et a pu se déplacer sur les plus grandes courses de trail au monde. Il s’est ainsi forgé une bonne expérience et a développé une méthode de travail.

« Je ne cherche pas à être partout. Ça ne sert à rien, dit-il. J’essaie de trouver ce que j’estime être les meilleurs endroits, et je m’y tiens. Sur une course que je ne connais pas, je prends le temps les jours précédant le départ de déterminer où je vais m’installer, en fonction de plusieurs paramètres, comme la lumière, selon que je veux faire mes photos à l’aube ou au crépuscule par exemple, en prenant en considération l’accessibilité des lieux et le moment où passeront les meilleurs coureurs. C’est une équation à plusieurs inconnues, comme une course pour un traileur, mais tout cela, maintenant, je l’anticipe. »

KILIAN-JORNET-ALEXIS-BERG-GRAND-TRAIL-EXTRA
Kilian Jornet, lors de la Hardrock 2016 / Photo : Alexis Berg

« Et comme un traileur, avec les années, je profite plus, je sais comment ça va se passer, je me prépare mieux, je fais de meilleurs choix », assure Alexis.

C’est aussi lié selon lui à sa meilleure connaissance des coureurs eux-mêmes. Il a créé des liens d’amitié, notamment avec Kilian Jornet et Gediminas Grinius. Il estime que sa proximité avec eux lui permet faire de meilleures photos encore.

Et il ne semble pas se lasser. Il dit même avoir encore faim d’aventures humaines et photographiques. « Je suis toujours impatient d’aller où je ne suis encore jamais allé. Ça attise mes envies de voyage, de vrais voyages », prend-il la peine de préciser.

ROB-KRAR-ALEXIS-BERG-GRAND-TRAIL-EXTRA
Polaroid du meilleur ultra-marathonien en sentier canadien, Rob Krar / Photo : Alexis Berg

Grand Trail Extra

Avec Grand Trail, les frères Berg ont voulu raconter une histoire de la course en sentier à travers 13 ultras prestigieux, en images et en mots. Dans un gros livre. L’Extra laisse surtout place à la photo, mais l’approche est différente puisqu’il se présente comme un coffret cartonné dans lequel se trouvent plusieurs grands cahiers photographiques.

« Ce n’est pas un livre. C’est un objet sans structure, explique Alexis. Le résultat est plus fragile, plus surprenant, moins attendu, plus artistique aussi. J’avais notamment envie d’inviter des photographes que j’aime bien à participer à notre projet. On avait envie de surprendre. C’est clair que ce n’est pas Grand Trail 2. »

« Notre idée était de prolonger ce qu’on aime faire : documenter, montrer, interroger, souligne Frédéric Berg. On a aussi choisi de ne pas faire d’articles savants, techniques, mais d’écrire des histoires. Les photos elles aussi racontent des histoires. »

Le résultat est une nouvelle ode à la course en sentier. C’est beau, poétique et inspirant.

Après quelques jours à Montréal, Alexis Berg s’envole pour le Tennessee, où il photographiera sous tous les angles le célèbre Barkley Marathon.

Cliché tiré du « Black Book », le cahier en noir et blanc de Grand Trail Extra – Photo : Alexis Berg