Plusieurs athlètes élite courent l’Ultra-Trail du Mont-Albert

eli et jf cauchon
Jean-François et Elisabeth Cauchon après leurs victoires à l’Ultra-Trail Harricana 2016 – Photo : Jérôme Kearney

Cette fin de semaine, 600 coureurs vont participer à l’une des cinq épreuves de l’Ultra-Trail du Mont-Albert, en Gaspésie. Parmi eux, quelques athlètes bien connus, dont le frère et la soeur Jean-François et Élisabeth Cauchon, ainsi que David Jeker et Jessy Forgues.

Le premier 160 km de Jean-François Cauchon

Après avoir remporté la première place à l’Ultra-Trail Harricana en 2016 et s’être entraîné avec détermination tout l’hiver, Jean-François devait démarrer la saison 2017 en lion. C’était sans compter sur une blessure qui l’a mis sur la touche pendant de longues semaines. Il a même dû se résoudre à mettre de côté sa participation au 80 km de Bear Mountain en mai dernier.

À lire aussi -> 85 coureurs prennent le départ du 165 km de l’Ultra-Trail du Mont-Albert

Mais le moral et la forme physique sont maintenant de retour. « De fil en aiguille, ça s’est amélioré et la douleur est maintenant disparue. J’ai presque retrouvé ma forme d’avant ma blessure. J’ai moins de kilométrage que l’année dernière, mais je pense que je suis en meilleure forme », constate Jean-François.

Preuve que sa forme semble complètement revenue, il a entrepris plus de huit ascensions de nuit du mont Sainte-Anne en guise de préparation-choc pour l’Ultra-Trail du Mont-Albert. Et ce, le jour même après avoir complété, dans le top 10 des élites, le 30 km du Trail de La Clinique du coureur, le 10 juin dernier.

Il s’agira de sa plus longue distance à vie. « Ça va être mon premier [160 km]. C’est un peu l’inconnu, mais je compte utiliser la même recette gagnante que pour mes autres courses. Un gel à toutes les heures. Des trucs salés aux ravitos pour me forcer à m’hydrater. J’alterne aussi entre l’eau et les électrolytes dans mon sac pour éviter la monotonie », explique-t-il.

Il est confiant de bien terminer cette course, sur laquelle il s’élance avec près de 85 autre coureurs. « Mon but premier, c’est de finir, mais je suis aussi confiant de monter sur le podium, même s’il y aura de bons coureurs, notamment Adam Wilcox, un Américain qui est arrivé premier au 100 km de l’UTMA en 2016 ». Jean-François ajoute : « 160 km c’est long. Si je peux arriver au centième kilomètre en bonne forme, j’ai confiance pour les 65 derniers. »

Élisabeth Cauchon vise le podium du Skymarathon

Après une victoire surprise au 80 km de l’Ultra-Trail Harricana 2016, Élisabeth Cauchon, la sœur de Jean-François, se considère comme bien préparée. « Mon entraînement a bien été. J’ai surtout fait de la route au printemps, en prévision du Marathon d’Ottawa, mais, depuis quelques semaines, j’ai fait quelques sorties en sentier. Je me sens prête », affirme-t-elle.

Celle qui s’entraîne régulièrement avec son frère participera au Skymarathon de l’Ultra-Trail du Mont-Albert, une épreuve de 42 km avec 2200 m de D+. « Je vise un podium, j’aimerais bien ça! J’ai regardé le temps des filles qui ont gagné l’année dernière et je vise à peu près ce temps-là », explique-t-elle.

Pour le reste, elle n’a pas d’inquiétude. « Le dénivelé va être costaud, mais j’ai fait un bon entraînement il y a deux semaines avec à peu près le même dénivelé et ça a bien été », précise Élisabeth. Sa stratégie de course est d’ailleurs bien établie. « Je vais me ménager dans les montées abruptes et reprendre ma vitesse dans les portions plus roulantes. Je suis assez rapide dans les descentes. Je ne suis pas craintive », dit-elle.

La prudence de David Jeker

D’autres athlètes s’élanceront aussi dans les sentiers du parc national de la Gaspésie dans les prochains jours, notamment Jessy Forgues, qui affrontera elle aussi son tout premier 160 km.

David Jeker sera également de la partie. « Je ferai le kilomètre vertical et la Skyrace. J’ai aussi un dossard pour le Skymarathon, mais je ne crois pas prendre le départ. Je vais me décider en fonction des sensations lors de la verticale de vendredi », explique-t-il.

Les ambitions de David sont d’ailleurs modestes cette année. « Je me remets à peine à la course suite à une blessure. Je ne suis donc pas du tout prêt à aller vite. On verra ce que ça donne », dit-il.

La course se terminera dimanche, à 17h, avec la remise des prix et la clôture officielle de l’événement.

À lire aussi :

85 coureurs prennent aujourd’hui le départ du 165 km de l’Ultra-Trail du Mont-Albert