Simon-Pierre Leblanc aurait aimé une victoire en Californie

simon-pierre-leblanc_jecoursQc
Simon-Pierre Leblanc, au centre en noir, lors du 10 km du Marathon SSQ de Québec – Photo : JeCoursQc

Note de la rédaction : au moment d’écrire ce texte, nous ne savions pas encore si le The North Face Endurance Challenge California aurait lieu. L’événement a finalement été annulé, mardi soir, en raison de la mauvaise qualité de l’air sur la baie de San Francisco, causée par les trois incendies majeurs qui ravagent l’État. Nous publions notre texte quand même.

Le coureur Simon-Pierre Leblanc avait l’intention de se démarquer au 21 km du North Face Endurance Challenge en Californie, qui devait se tenir cette fin de semaine. L’athlète, optant habituellement pour des ultramarathons, a décidé il y a quelques semaines de se tourner vers des distances plus courtes.

Simon-Pierre Leblanc, ambassadeur du Trail du Coureur des Bois, athlète The North Face et souvent mieux connu sous le surnom « Roch le romantique », a participé à plusieurs courses dépassant les 42 km durant sa carrière. 

Même s’il était passionné par ces longues distances, Simon-Pierre est finalement arrivé à la conclusion que les longues compétitions nuisaient à sa qualité de vie. 

« J’ai réalisé que ce n’était pas moi, dit-il. Ce n’était pas mon rythme d’entraînement. Ça monopolisait mes fins de semaine, j’en avais ras le bol! J’ai été vraiment satisfait en faisant les changements pour m’enligner vers des distances plus courtes. » 

Simon-Pierre explique qu’il n’arrivait plus à performer comme il le voulait dans les ultramarathons. Il croit pouvoir atteindre son potentiel de coureur dans les plus courtes distances. C’est au courant de l’été 2018 qu’il a pris cette décision après longue réflexion.

Le coureur de Québec a donc ajusté son entraînement pour être pleinement compétitif sur les distances qui l’intéressent. Contrairement à la préparation des ultramarathons, les courtes distances permettent des exercices plus courts et encadrés.

L’athlète a d’ailleurs collaboré avec l’entraîneur-chef du club d’athlétisme du Rouge et Or, Joël Bourgeois, afin d’être guidé dans ses entraînements.

Simon-Pierre ne se voit pas retourner dans les longues distances de sitôt. « Juste à y penser en ce moment, j’ai des frissons dans le dos! »

Simon-Pierre Leblanc après un gros effort lors du marathon de Québec - Photo : Michelle Grenier
Simon-Pierre Leblanc après un gros effort lors du 10 km du Marathon SSQ de Québec – Photo : Michèle Grenier

Appréhension pour la course

En mai dernier, Simon-Pierre a notamment participé au 80 km de Bear Mountain, une autre épreuve de la série The North Face Endurance Challenge. Mais c’est la première fois qu’il se rendait en Californie pour cet événement.

Nous avons communiqué de nouveau avec lui alors qu’il était assis dans l’avion, au départ de Montréal, quelques minutes avant le décollage vers San Francisco. Il ne savait toujours pas alors si la course aurait lieu.

Simon-Pierre se disait très confiant pour la compétition. Et il avait mis la barre haute, car il souhaitait au minimum atteindre un top 5. Son véritable but aurait été de remporter l’épreuve. 

« Je me sens très bien préparé. Le parcours va m’avantager », disait-il avec beaucoup d’assurance.

L’athlète n’avait aucune idée de l’adversité qui l’aurait attendu en Californie. Puisque le 21 km n’est pas la distance la plus populaire de l’événement, il est difficile pour le sportif de trouver des informations sur ses rivaux. 

« C’est évident qu’il va y avoir quatre ou cinq personnes avec qui ça va jouer des coudes, mais, en ce moment, la mode se trouve vraiment dans les ultramarathons, alors je ne sais vraiment pas comment la compétition va être pour le 21 km », expliquait Simon-Pierre Leblanc.

Il aurait aimé compléter sa course en moins d’une heure et trente minutes. 

The North Face Endurance Challenge 

Les événements The North Face Endurance Challenge sont une série de courses se déroulant un peu partout aux États-Unis. 

Plusieurs distances sont offertes aux participants de l’épreuve californienne, notamment le 80, le 50, le 42 et le 21 km. Des distances plus courtes pour les enfants se retrouvent aussi dans le programme de l’événement. 

La compétition californienne est la dernière de la saison de la série TNFEC. « C’est souvent à cette dernière édition qu’on retrouve les grands noms de course qui viennent exploser », a souligné Simon-Pierre Leblanc.

La majorité des participants étaient Américains, mais plusieurs Québécois étaient également inscrits sur le 80 km, notamment les coureurs élites Julien Lachance, Maxime Leboeuf et Elliot Cardin.

L’organisation a annoncé une série de mesures pour dédommager les participants.

À lire aussi :