Mathieu Blanchard : la saison des nouveaux horizons

mathieu_blanchard_hong_kong_100
Mathieu Blanchard, quatrième à partir de la gauche à l’avant, au départ de la HongKong 100 – Photo : Hong Kong 100

Distances+_LaSaison2019de_SB_728x90

La fin de l’année 2018 aura été un moment charnière dans la vie de Mathieu Blanchard. Après mûre réflexion, il a pris la décision de professionnaliser son rôle dans le monde du sport et de quitter son emploi dans le monde de l’ingénierie, ce à quoi il rêvait depuis un bon moment.

Il profitera ainsi de cette année 2019 pour conjuguer vies personnelle, sportive et professionnelle, en alliant plus que jamais la course et le travail. C’est en tant que directeur de développement commercial à l’international pour La Clinique du coureur que Mathieu Blanchard aura l’opportunité d’évoluer, ce qui lui permettra de voyager beaucoup pour courir et travailler en même temps.

L’athlète Distances+ 2017 et 2018 a mis à son calendrier plusieurs événements majeurs parmi les plus importants de la course en sentier. Il veut faire au moins trois courses de l’Ultra-Trail World Tour. Il a déjà tenté sa chance sur le Hong Kong 100 le 19 janvier dernier. Malgré son enthousiasme, il a préféré arrêter à mi-parcours en raison de douleurs au talon d’Achille pour ne pas hypothéquer sa saison. Il faut aussi préciser qu’il venait de reprendre l’entraînement et qu’il n’avait pas de grandes ambitions sur le HK100.

La prochaine étape, ce sera la Transgrancanaria, sur l’île de Gran Canaria aux Canaries, en février. Il s’agit de l’une de ces courses où la densité de coureurs de l’élite mondial est impressionnante. Puis, en août, il sera de retour à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, pour prendre le départ de la CCC (101 km, 6100 m D+). L’an dernier, Mathieu avait terminé à une superbe 13e place de l’UTMB.

Mais le grand objectif de sa saison se jouera à La Réunion, où il tentera de s’illustrer lors de la mythique Diagonale des Fous. Plusieurs autres aventures sont au programme, nous aurons l’occasion de les raconter ici. Il a notamment des projets avec ses amis ultra-traileurs Thomas Duhamel, Marianne Hogan, Raphaël Metter-Rothan, Josianne Mailloux, Olivier Gagnon et Charles Benoit.

Au Québec, il sera du départ du Trail de la Clinique du coureur (50 km) et du Québec Méga Trail (110 km), où il défendra ses titres.

En mission

Mathieu Blanchard a remporté l'Ultra-Trail du Guatemala à l'automne 2018 - Photo courtoisie
Mathieu Blanchard a remporté l’Ultra-Trail du Guatemala à l’automne 2018 – Photo courtoisie

En parallèle de sa nouvelle aventure professionnelle, Mathieu prévoit de développer des projets philanthropiques, axés sur l’implication sociale, ainsi qu’un volet d’entraîneur à sa carrière.

Il se donne pour mission « d’inspirer les gens, mais aussi de les conscientiser sur la corrélation entre l’activité physique, la connexion à la nature, le bonheur et la protection de l’environnement ». Son approche, confie-t-il « est moins centrée sur la performance que sur ces notions de bien-être et de bonheur, de « conscientisation » qui s’en développe, surtout lorsque vécue en connexion avec les milieux naturels ». 

À ce titre, il donne un précieux conseil : il faut « s’écouter » et « prendre le temps ». « Auparavant, j’étais moins connecté au moment présent, mais c’est une série d’évènements en début d’année 2018 qui ont servi de catalyseur pour m’inspirer, me recentrer et me concentrer sur l’essentiel, confie-t-il. Il faut savoir s’arrêter, se reposer, prendre conscience de notre état physique, et du monde qui nous entoure. »

Un retour sur 2018

Lucas Liens, le frère de Mathieu Blanchard, à l'entraînement pendant sa rémission. Photo - Caty Liens
Lucas Liens, le frère de Mathieu Blanchard, à l’entraînement pendant sa rémission. Photo – Caty Liens

« En 2017-2018, j’ai tout simplement foncé tête baissée dans le sport, sans prendre de recul pour analyser ce qu’il se passait. Mais inconsciemment, je changeais beaucoup. Ma personne, mais aussi ma façon d’être », explique-t-il.

Sur le plan professionnel et athlétique, le principal succès de Mathieu au cours de la dernière saison est bien entendu l’UTMB. Il n’était pas attendu dans le peloton des élites du monde du trail, lui qui commençait à peine sa carrière sur le circuit que depuis peu. Il a pourtant trôné en haut du palmarès, aux côtés des Kilian Jornet, Jim Walmsley et autre Xavier Thévenard, terminant en 13e position lors d’une émouvante finale aux côtés de son frère Luca, amputé d’une jambe quelques mois plus tôt.

C’est toutefois le cheminement qu’il a eu tout au long de l’année qui demeure, pour lui, sa plus grande réussite de 2018. Mathieu Blanchard décrivait sa saison d’un mot : « détermination ». La sienne, certainement, mais surtout la ténacité et la combativité qu’il a puisées chez ses proches.

Bien qu’un UTMB, ce ne soit pas rien, il confie, méditatif : « pour moi, le moment fort, ce n’est pas ce temps éphémère que représente chaque course, c’est plutôt tout le cheminement, l’entraînement pour y arriver à cet UTMB – ce n’est pas 23 heures qui ont fait de moi qui je suis, mais chaque moment les précédant. » 

L’an dernier, outre ce coup de force à l’UTMB, il a remporté les Traces du Nord Basse-Terre (154 km) en Guadeloupe, l’étape The North Face Endurance Challenge de Bear Mountain (80 km), le 50 km du Trail de la Clinique du Coureur, le 100 km du Québec Méga Trail et, en fin de saison l’Ultramaraton Guatemala (100 km). Il a laissé sa marque sur 17 courses tout au long de l’année, ce qui a mené l’équipe éditoriale de Distances+ à le nommer athlète masculin de l’année.

À lire aussi :