Au Chili, Florent Bouguin court un 100 miles dans les Andes

florent_bouguin_blue_mountain
Florent Bouguin à la The North Face Endurance Challenge Blue Mountain – Photo : courtoisie

L’athlète Florent Bouguin court un 100 miles dans les Andes, au Chili. Il a pris le départ vendredi matin, à Santiago de Chile, à 5 h heure locale (4 h heure du Québec) de la The North Face Endurance Challenge Chile. Distances+ a recueilli ses impressions quelques jours avant le départ, depuis le Brésil, où il a fait un arrêt pour le travail.

Florent Bouguin a lancé sa saison d’ultra en Inde au mois de janvier, en battant de plus de trois heures le précédent record du parcours du 100 miles de la Run of Kutch. Aujourd’hui, le coureur qui aime découvrir le monde boucle sa saison, un mois après avoir remporté une quatrième position sur le 125 km de l’Harricana.

« En juillet, j’avais couru le 80 km de Blue Mountain [The North Face Endurance Challenge]. Je n’avançais pas, je n’avais pas le mental. À la fin de l’Harricana, j’aurais couru encore un marathon. Ça m’a aidé de courir avec Thomas [Duhamel] et j’ai retrouvé le plaisir que j’avais perdu ces derniers temps, informe-t-il. Je me suis dit après ça que j’étais prêt pour un 100 miles. »

Faire d’une pierre deux coups

Ce déplacement n’est pas le fruit du hasard, car Florent Bouguin allie une fois de plus l’utile à l’agréable. « Comme pour l’Inde, je profite d’un voyage professionnel de trois semaines pour participer à une course. J’avais un travail à faire au Brésil, et j’ai regardé les courses que je pouvais faire dans le coin. J’ai vu qu’il y avait cette course au Chili dans les Andes, et j’ai tout de suite eu plein d’images : les Cités d’Or, les Incas », explique-t-il.

L’Endurance Challenge du Chili, l’une des plus renommées du continent, attire chaque année les meilleurs coureurs et coureuses de l’Amérique latine et d’ailleurs. Ce sont ainsi plusieurs milliers de personnes qui s’alignent sur l’une des cinq distances proposées. Avec un dénivelé positif 9478 sur 161 km, le parcours est comparable à celui de la Diagonale des fous de la Réunion, pense Florent Bouguin qui avait complété la distance en 2015 sur son île natale.

Le résident de Québec demeure confiant, malgré le dépaysement et l’ampleur de la tâche. « L’Harricana a été une bonne préparation, même s’il n’y a pas autant de dénivelé. J’ai fait aussi ma routine habituelle : monter plusieurs fois le mont Sainte-Anne », commente-t-il.

L’année passée, le gagnant du 100 miles avait complété le parcours en un peu plus de 24 heures, une marque qui servira de repère au Québécois. « Ma stratégie est d’aller à mon propre rythme. J’aimerais quand même faire les premiers 80 km en 11 heures. Puisque la deuxième partie sera plus difficile, je mettrai plus de temps. J’aimerais arriver en bas des 30 heures quoiqu’il arrive. De toutes les façons, j’ai un avion à prendre après », plaisante celui qui embarquera pour l’Inde à peine la ligne d’arrivée franchie. Il y retourne encore une fois pour le travail.

Pour suivre la course en direct : http://ecchile.livetrail.net

À lire aussi :

Florent Bouguin : une saison 2017 qui culminera au Chili