Annie Jean : une saison de recul pour se rebâtir

ANNIE JEAN SAISON 2018 COUTOISIE
Annie Jean – Photo : courtoisie

Distances+_LaSaison2018De_728x82

Blessée depuis septembre dernier, la championne québécoise de course en sentier, Annie Jean, a dû revoir ses plans et faire des sacrifices pour l’année 2018. Parfois, la course ne pardonne pas !

« Ma saison sera complètement différente des autres années », a confié l’athlète de Chelsea à Distances+. « J’ai tenté de courir l’Endurance Challenge de San Francisco sur 80 km cet automne, mais une blessure m’a limitée et j’ai dû arrêter. Ça avait commencé à faire mal à la Chute du Diable (2e ), puis à Harricana (victoire au 65 km). »

« Cette année, je vais diminuer mes distances, travailler à la réhabilitation et ensuite retravailler ma vitesse pour être certaine de ne plus avoir de blessure », explique celle qui avait créé la surprise l’été dernier en montant sur le podium du Marathon du Mont-Blanc. « Ça va plutôt être une saison de recul pour me rebâtir. »

Son premier défi se passera sur la route. Elle prendra en avril le départ du prestigieux marathon de Boston. Annie Jean, 36 ans, profite donc de l’hiver pour s’entraîner tout en se préservant. « Je fais de la course sur route en ce moment et en raquettes, mais je fais aussi beaucoup de ski de fond, beaucoup de skate, ça m’aide à me renforcer le dos », explique-t-elle.

Pas de championnats du monde de trail en Espagne

Appelée de nouveau à participer à l’équipe canadienne aux prochains championnats mondiaux de course en sentier, qui auront lieu au mois de mai à Penyagolosa, en Espagne, Annie pense à regret décliner l’invitation. « Les mondiaux, c’est capoté, ça va être un super bel événement, reconnaît-elle. J’ai jusqu’en mars pour donner ma réponse, mais je crois que je ne pourrai pas y aller. Je ne peux pas faire ça à mon body. C’est un autre côté du sport ça, appendre à accepter ses blessures », dit-elle, résignée.

Annie Jean / Photo courtoisie
Annie Jean – Photo : courtoisie

Reine du Mont-Sainte-Anne

Le début de l’été s’annonce toutefois positif. Elle est ambassadrice pour le Quebec Mega Trail. « Ça, c’est une course le fun », s’exclame-t-elle. L’an dernier, elle avait terminé première femme au 50 km.

« En fait, je m’enlignais pour faire une autre course à l’extérieur et c’est mon ami Julien Lachance qui m’a convaincue de faire le Mega Trail au mont Sainte-Anne. J’avoue que j’adore cette montagne-là, autant en ski de fond qu’en vélo et qu’en course, c’est un terrain de jeu que j’aime. »

Devenir ambassadrice pour cet événement était donc tout naturel. « Je souhaite courir la distance du 70 km, mais d’ici là, le temps passe vite. Je veux être certaine que tout est correct pour ma blessure. »

Un été dans les montagnes françaises

Annie Jean, qui s’était offert un long séjour en Europe l’an dernier, pense y séjourner encore cet été. « J’aimerais ça, prendre du temps pour courir en Haute-Savoie et à Chamonix. Partir un mois, puis, là-bas, faire des courses. »

L’UT4M, à Grenoble, l’intéresse tout particulièrement. La version longue propose un ultra-trail de 170 km à travers les quatre massifs, autour de la ville (Vercors, Oisans-Taillefer, Belledonne et Chartreuse). « C’est une super belle course », assure-t-elle.

Elle souhaiterait également pouvoir se déplacer vers Chamonix durant l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB) pour y encourager ses amis. « Il y a plein de coureurs québécois qui y seront cette année, c’est fantastique ! »

Après la période estivale, la championne canadienne n’a pas encore de projets précis. « Mon calendrier est ouvert, dit-elle. C’est ce que j’aime avec les courses au Québec : on peut s’inscrire au fur et à mesure. »

Par contre, il ne faut pas s’attendre à voir Annie Jean au départ des longs ultras. Pour elle, les distances dépassant 50 km sont trop longues. Elle considère que sa force est réellement sur les marathons et les 50 km. « Je ne me vois pas encore courir des 160 km », a-t-elle d’ailleurs reconnu.

Cette année sera donc, pour Annie, une saison de « repos actif ».