Amandine Ferrato : une « nana » heureuse de courir!

Amandine Ferrato1
UTMB OCC 2017 – Photo: T.Nalet

lesgrandsentretiens_long_red

En 2017, la Française Amandine Ferrato s’est fait remarquer par sa deuxième place au championnat du monde de trail moyenne distance et sa troisième place à l’OCC, la « petite » course de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (55 km, 3500 m D+). L’athlète de 36 ans pose un regard à la fois fier, terre à terre et empreint de candeur sur son parcours.

Au-delà des attentes

Amandine Ferrato termine une année qu’elle n’avait pas imaginée. « Je n’avais jamais pensé faire partie de l’équipe de trail de France et même remporter des titres », dit-elle humblement. Il faut aussi dire qu’avec une blessure au genou pour commencer et un retour à la course en mars, rien n’était gagné d’avance. « J’ai bien géré ma saison, car j’ai relevé tous les défis que je m’étais fixés », poursuit-elle.

Lorsqu’on lui demande ce qu’elle retient de 2017, elle répond : « des perfs, des rencontres et la découverte de soi. J’ai entrepris cette année avec innocence et naïveté, car je n’avais jamais fait des courses aussi grosses. » Son but premier lorsqu’elle participe à un événement est de vivre une belle aventure et de se dépasser. L’aventure humaine est une motivation dont elle parle souvent : le partage avec les autres coureurs, son entraîneur, les gens qui la suivent, son copain, mais également la rencontre avec elle-même. « On découvre sur soi lorsqu’on court des longues distances. C’est long et c’est dur. »

Les deux pieds sur terre

Qu’elle soit dans la ligue des grands ne lui monte toutefois pas à la tête. « Le regard des autres a changé, mais pas le mien. Je suis la même. Il faut encore gérer la vie quotidienne, le boulot, etc. Il faut relativiser, car je ne vis pas de trail », dit-elle le sourire dans la voix.

Amandine a un tempérament compétitif bien sûr, mais être la meilleure n’est pas son objectif premier. Une fois la course terminée, la vie continue.

Est-ce que ses résultats mettent de la pression et élèvent la barre pour la prochaine saison ? « Non! » s’empresse-t-elle de répondre. « Je garde la même ligne de conduite. Je n’ai pas d’attente. » Comme elle le dit elle-même, elle fera le mieux qu’elle peut avec les éléments du jour. Sa sélection dans l’équipe de trail de France est confirmée. Son premier gros objectif est le championnat du monde en mai 2018. La suite du calendrier n’est pas fixée.

UTMB OCC 2017 - Photo: T.Nalet
UTMB OCC 2017 – Photo: T.Nalet

Le trail par hasard

Amandine n’avait pourtant rien planifié. En 2012, son copain et elle démissionnaient de leur boulot respectif pour entreprendre un tour du monde. Ces 10 mois aux quatre coins du globe ont confirmé certaines priorités et ont été décisifs pour la suite de sa vie. « En revenant, je me suis sentie étouffée par la surconsommation et l’insatisfaction de la société. On vit dans l’abondance et pourtant, les gens gens se plaignent et sont souvent malheureux. » Son réflexe, pour s’évader, pour se retrouver et pour se faire plaisir a été de chausser ses baskets et de commencer à courir. Peu après, elle participait à une course près de chez elle dans le sud de la France et contre toute attente, la remportait. « Je me suis laissée porter par les événements », raconte-elle.

Puis, un autre hasard de la vie a voulu qu’elle perde son emploi au cours de l’année 2016. Une épreuve, certes, mais Amandine a su voir le positif de cette situation temporaire. « Perdre mon job a rendu la récupération plus facile, car j’avais moins de contraintes d’horaires pour l’entraînement et moins de stress. »

Le niveau auquel court Amandine exige de nombreuses heures d’entraînement à la course mais aussi à vélo, autant pour les bienfaits du cross training que pour le plaisir de côtoyer d’autres sportifs en roulant. C’est un niveau qui vient avec son lot de contraintes et de compromis. L’athlète française membre de l’équipe HOKA court avec sérieux bien sûr, mais refuse de se prendre au sérieux. Et elle a sa façon bien à elle de l’exprimer : « Quand je me regarde, je vois et je veux continuer à voir une nana qui est heureuse, qui a envie d’être là et qui s’est donnée! »