« Je me rends compte de ce dont je suis capable » : l’année 2019 d’Anne Champagne

IMG_3532 Cropped
Anne Champagne au Grand Raid de La Réunion – Photo : courtoisie

D+_MaSaison2019_banniere

En début d’année, Distances+ présentait des reportages sur une quinzaine d’athlètes élites québécois et sur ce qui les attendait en cours d’année sur le plan sportif. Alors que se termine la saison, nous avons demandé à ces coureurs de jeter un coup d’oeil sur les derniers mois afin de nous partager ce qu’ils ont vécu de beau et de fort, ce qu’ils ont appris sur eux-mêmes, tout en reconnaissant leurs moins beaux moments et leurs réflexions. Aujourd’hui : Anne Champagne.

Si on m’avait demandé de prédire mon année 2019 en début de saison, jamais je n’aurais deviné ce qui s’est réellement produit. Cette année aura été marquée par des apprentissages, des expériences, de quelques déceptions, mais surtout, par de grands accomplissements auxquels je ne m’attendais pas.

Il y a quelques mois, je voulais surtout voir à quel niveau je me situais dans le milieu du trail, principalement au Québec, en augmentant mes distances au cours de la saison.

Profiter des fins de semaines pour explorer et découvrir de nouveaux endroits est une chose que j’adore. C’est à la base de ce beau sport qu’est la course en sentiers, qui nous amène à parcourir de longs trajets seulement avec nos pieds.

J’ai exploré les montagnes des Adirondacks, de Charlevoix, de Québec, de l’Estrie, de la Mauricie, des Laurentides et de Lanaudière, bien sûr. Tout simplement en partant parfois sur un coup de tête, dormant dans ma valise d’auto, oui oui! Toujours à la recherche de cette liberté, de ce calme et d’endroits nouveaux où poser mes pieds.

Une progression tout au long de l’été

J’ai eu un grand volume de course avant d’entamer les premières courses de la saison au printemps. J’ai commencé l’année avec de bonnes sensations, autant mentalement que physiquement, ce qui m’a donné confiance à l’arrivée des compétitions.

Après une erreur de parcours à la course The North Face Challenge New-York à Bear Mountain, en mai, je suis revenue en force au 50 km du Trail de La Clinique du Coureur, quelques semaines plus tard.

IMG_3533 Cropped
Anne Champagne lors de sa victoire sur le 110 km du Quebec Mega Trail en juillet dernier – Photo : Quebec Mega Trail

S’en est suivi le QMT, en juillet, sur le parcours de 110 km, alors que l’événement était hôte des championnats canadiens d’ultra-trail. J’avais comme objectif de voir où je me situais par rapport aux autres coureuses canadiennes.

Or, j’ai su gérer la course parfaitement, de A à Z, en gagnant celle-ci à ma grande surprise. Cela a eu une influence sur le calendrier de courses que j’avais bâti puisque cette victoire m’a permis d’être invitée au Grand Raid de La Réunion, en raison du partenariat entre le Quebec Mega Trail et cet événement. J’avais prévu rester au Québec en 2019 pour voir où je me situais proche de chez moi, mais je ne pouvais pas refuser une telle invitation.

Au cours de l’été, je n’ai participé qu’à l’Ultra-Trail Académie, et j’en ai profité pour m’entraîner spécifiquement pour les deux ultras de fin de saison que j’avais dans la mire, soit le 125 km de l’Ultra-Trail Harricana du Canada et le Trail de Bourbon (111k) du Grand Raid de La Réunion.

L’UTHC pas comme prévu

L’Ultra-Trail Harricana était mon objectif de saison 2019. C’est là que je voulais être à mon meilleur. Je m’étais préparée et j’étais prête à affronter l’épreuve. Ma témérité a cependant fait en sorte que j’ai fait une mauvaise chute aux alentours du kilomètre 40. J’ai dû abandonner la course, ne pouvant plus courir en raison de douleur et d’un œdème important au genou.

Heureusement, aucun impact au niveau osseux ou tissulaire n’a été décelé. J’avais mal, mais la douleur était davantage dans ma tête. J’étais tellement déçue. Je savais que j’aurais pu faire une bonne performance à cette course.

Après quelques jours, j’ai pu faire une introspection et voir les points positifs et négatifs de l’expérience pour me remettre sur le droit chemin. Et j’ai changé mes objectifs de saison. Le Trail de Bourbon du Grand Raid de La Réunion était dans cinq semaines et j’avais le feu dans les yeux et le couteau dans les dents. J’ai pu reprendre l’entraînement quelques jours après l’UTHC avec des traitements rapides et ainsi reprendre la préparation.

Une grande victoire inattendue

La dernière course de la saison arriva et je me suis rendue à l’île de la Réunion entourée des Guerriers du Grand Raid représentant La Clinique du Coureur ainsi que le Québec Méga Trail. C’était une première course internationale à vie pour moi. Difficile de me positionner pour avoir un objectif précis, car oui, j’avais déjà fait la distance, mais le terrain et les dénivelés sont tellement différents là-bas par rapport à ceux du Québec.

J’abordais cette course en sachant que je pouvais bien faire, mais je n’avais pas objectifs précis, ce qui a été bénéfique selon moi, car j’étais très sereine à l’approche de la course. Sereine mais très motivée en raison de la déception vécue à l’Ultra-Trail Harricana. Je voulais me prouver à moi-même ce dont j’étais capable.

IMG_3531 Cropped
Anne Champagne à son arrivée du Trail de Bourbon au Grand Raid de La Réunion en octobre – Photo : courtoisie

J’ai parcouru les 115 km et 6500 m de dénivelé positif de la Trail de Bourbon en un temps de 17h34, me positionnant 1ère féminine et 6e au scratch battant le record de parcours de 1h20. Performance qui, sans le vouloir, m’a amenée une visibilité à l’international et m’a même permis d’avoir mon nom dans une publication de « Les Genoux dans le GIF » (bucket list!!! Haha).

Cette course me propulse vers le haut certainement. J’ai toujours de la difficulté à accepter une belle performance, mais j’apprends de mieux en mieux à profiter du moment. Je me rends compte de ce dont je suis capable en faisant ce que j’aime le plus au monde. Je me rends compte que je monte tranquillement les rangs au niveau de la course de trail dans le monde et ça me motive incroyablement.

Et c’est ainsi que 2019 se conclut, avec ce voyage très loin de chez moi, où j’ai vécu une expérience humaine incroyable avec les Guerriers du Grand Raid, des humains que j’ai appris à connaître et qui sont maintenant mes amis, où j’ai vécu une expérience de course hors du commun, qui ne se décrit pas en mot tellement c’est unique.

2019, tu m’as fait grandir en tant que personne et athlète. Merci!

À lire aussi :